Katalin Karikó

Catégorie parente: ROOT Catégorie : Non catégorisé Création : mercredi 7 avril 2021 Mis à jour : mercredi 7 avril 2021 Publication : mercredi 7 avril 2021 Écrit par Super User
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Katalin Karikó

Publication : 07/04/2021
Écrit par : Audrey Ducloux

Lire la version plus courte de la biographie
Lire les fiches biographiques de toutes les autres scientifiques

 
Portrait de Katalin Karikó,
par Clarisse (@clarysking), pour SVT Égalité

Biochimiste hongroise, Katalin Karikó est spécialisée dans la thérapie basée sur l'ARN messager.
Ses travaux ont joué un rôle dans la création par BioNtech de cellules immunitaires produisant des antigènes vaccinaux, puis dans la mise au point du vaccin à ARNm utilisé contre la maladie à coronavirus Covid-19.

L'ARNm est la passion de Katalin Karikó. En 1979, alors jeune étudiante, elle expose ses idées sur le potentiel thérapeutique de l'ARNm lors d'une conférence à l'université de Szeged. Le rôle de l'ARNm dans la lutte antivirale devient son sujet de thèse. Après avoir obtenu un doctorat de biologie, elle quitte en 1985 la Hongrie pour l'université de Philadelphie aux États-Unis.

En 1990, alors professeure à l'université de Pennsylvanie, elle propose d'établir une thérapie génique qui repose sur l'ARN messager, et non sur l'ADN, ayant compris que l'ARN ne risquait pas de modifier l'information génétique des cellules. Mais aucune de ses demandes de bourses n’est accordée. En 1995, elle est confrontée à un ultimatum : si elle souhaite continuer à travailler sur l'ARNm, elle sera déchue de sa position et subira une forte baisse de salaire. Durant la même période, on lui diagnostique un cancer.

Elle continue pourtant ses recherches, et en 2005 elle publie avec l'immunologiste Drew Weissman – rencontré en 1997 –, des articles décrivant la réaction immunitaire provoquée par l'ARNm.

En 2006, Karikó et Weissman créent la compagnie RNARx, puis déposent en 2012 un brevet pour l'utilisation de nucléosides de synthèse qui réduisent les effets secondaires de la réponse immunitaire induite par l'ARNm : des modRNA.

Katalin Karikó rejoint en 2013 la compagnie BioNTech en tant que vice-présidente senior.
En 2020, la technologie de Karikó et Weissman est utilisée pour mettre au point le vaccin contre la maladie à coronavirus Covid-19, produit par Pfizer et BioNTech. C'est un vaccin composé de modRNA codant pour la protéine Spike du SARS-CoV-2.  

Références :
– [fr] Chloé Hecketsweiler et Nathaniel Herzberg, « Covid-19 : la saga du vaccin à ARN messager désormais dans le sprint final », Le Monde, 2020 (consulté le 7 avril 2021)
– [fr] « ARN messager : la leçon de liberté de Katalin Kariko », Le Monde, 01/12/2020 (consulté le 7 avril 2021)
– [en] Matthew Rozsa, « The hero biochemist who pioneered COVID vaccine tech was professionally spurned for years prior », Salon, 2021 (consulté le 7 avril 2021)
– [en] David Cox, « How mRNA went from a scientific backwater to a pandemic crusher », Wired, 2020 (consulté le 7 avril 2021)

 

 

 

 

Affichages : 1978